LE LANGAGE GRAPHIQUE

LE LANGAGE GRAPHIQUE - , ii i ii CEst Un Langage Universel Dans La Mesure Où Il Fait Appel Aux R&egrav...

Cest un langage universel dans la mesure où il fait appel aux règles de la sémiologie. Pour élaborer ce langage, les cartographes se sont appuyés sur les principes de la perception visuelle et ont défini un certain nombre de variables visuelles qui permettent grâce à leurs propriétés spécifiques de traduire graphiquement les données à représenter. Ces données sont localisées. Leur implantation est liée aux coordonnées géographiques des entités qui les sous-tendent. Limplantation est donc définie au préalable. Elle peut être de trois sortes : ponctuelle (ville à petite échelle), linéaire (réseau routier), zonale (aires de cultures). Le ou les caractères représentés sont de deux natures : qualitative et quantitative, mais sur le plan de lexpression cartographique il est nécessaire den retenir trois, liés aux propriétés mêmes des variables visuelles : différence, ordre, quantité.

On peut retenir 5 variables visuelles fondamentales.

La variable forme est utilisée pour des données de nature qualitative. La forme peut être une figure géométrique simple, un symbole évocateur, un poncif (répétition dune figure ou dun symbole).

La taille est la seule variable visuelle qui permet de traduire les quantités et de mesurer les variations qui correspondent soit à une différence de longueur (bâton), soit à une différence de surface (cercle, carré, triangle, etc.). On lutilise souvent, par exemple, pour représenter la hiérarchisation démographique ou administrative dun réseau urbain.

La variable visuelle orientation offre quatre possibilités de différenciation : horizontale, verticale et à 45 de chaque côté. Le changement dorientation est bien perçu par lœil.

La couleur possède de grandes qualités de différenciation, elle est très sélective et particulièrement efficace en implantation zonale. Elle est très souvent utilisée aussi pour traduire un ordre, une progression : camaïeu ou gradation harmonique dans les tons chauds (rouge) ou les tons froids (bleu). La couleur a un fort pouvoir esthétique et accentue grandement les possibilités de différenciation.

La variable valeur ou intensité est un rapport de noir et blanc sur une surface donnée. La variation de valeur est obtenue par augmentation ou diminution de ce rapport. Cette variable traduit uniquement un ordre visuel. Elle est très efficace en implantation zonale. Elle est souvent associée à la couleur (camaïeu). Techniquement, on réalise une variation de valeur à laide de trames graphiques traits ou points, en jouant sur les épaisseurs et les écartements. Bien réalisée, une variation de valeur a un effet non seulement démonstratif, mais aussi esthétique certain.

Les modes de représentation dépendent du thème illustré et se multiplient avec la différenciation des variables visuelles. Ce sont les cartes dinventaires dont les informations sont surtout qualitatives qui offrent le plus de variétés, car le cartographe utilise au maximum les caractéristiques de différenciation des variables visuelles : cartes géologiques, pédologiques, morphologiques, touristiques, historiques Lorsque les données du thème sont quantifiées, le nombre de modes de représentation est plus restreint : des individus définis par une série statistique simple sont traduits par une progression de valeur ou de couleur pour des valeurs relatives, par une progression de taille pour des valeurs absolues. Sil y a plusieurs séries statistiques à mettre en relation, on procède à des traitements qui calculent les corrélations et définissent des types qui sont différenciés sur la carte par des couleurs ou des trames (typologies).

Certains modes de représentation traduisent directement les données : bandes alternées, cartodiagrammes. Lorsquil y a mouvement, la direction est transcrite par une flèche. Aujourdhui, grâce à certains logiciels graphiques, des représentations fastidieuses à réaliser à la main reviennent à la mode avec une valeur esthétique : les anamorphoses, la troisième dimension et la vision en perspective.

 

 

EXERCICES.

 

1. Dites, si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses.

 

1. La carte topographique fournit des informations sur les formes du relief et loccupation humaine.

2. La couleur permet de représenter les objets (formes géométriques, pictogrammes, logos) et de les différencier.

3. Lorientation souligne les différences en implantation zonale (hachures dorientations différentes) ou ponctuelle.

4. La forme est la seule variable qui peut traduire des quantités (p.ex., ● taille des villes en fonction de leur population).

5. La valeur (ou lintensité) est la proportion de noir et de blanc dans une surface donnée.

 

2. Donnez lindication des couleurs(noir bleu bistre vert).

Lutilisation des couleurs conventionnelles facilite la lecture des cartes topographiques. Les données hydrographiques (rivières, lacs, sources) sont figurées en _____, la végétation en ______. Le représentation du relief (courbes de niveau ) utilise le ______, alors que la toponymie (noms de lieux) et les occupations humaines sont indiquées en ______.

 

3. Complétez avec les indications correspondantes.

 

La carte topographique fournit des informations précises sur :

le relief : la végétation :

______ : altitude en mètres _______ bois, forêts

________ : courbes de niveau, dont

l'équidistance est, p.ex., de 10 m loccupation et les activités humaines

lhydrographie : _______ limites de communes

________ : rivières, lacs ou étangs _______ réseau routier

________ : marais _______ réseau ferroviaire

 

4. Retrouvez la place de chaque terme.

Un cadre une nomenclature une échelle un titre une orientation une légende.

Pour être utilisable, une carte doit posséder :

- _______. Indispensable, il doit être bref, net et correspondre au sujet. Il est placé au-dessus ou au-dessous de la carte.

- _______. Cest le mode demploi de la carte qui, sans elle, est inutilisable. Elle contient la liste exhaustive des figurés utilisés. Elle doit être ordonnée en rubriques, hiérarchisée, et comporter les indications des valeurs et des unités choisies. Elle est placée au-dessous ou à côté de la carte.

- _______. La carte étant une représentation réduite dun territoire, léchelle graphique sert à évaluer les distances.

- ________ (généralement le nord) ou des coordonnées géographiques, utiles pour se repérer.

- ________. Tracé à la règle, il délimite lespace cartographié.

- ________. Cest lensemble des noms qui doivent figurer sur la carte pour que lon puisse se repérer et identifier les espaces et phénomènes représentés. Elle doit être hiérarchisée (écriture et taille des noms comparables pour un même type dinformation, différents quand le type change, etc.).

 

5. a) Lisez le texte ci-dessous.

 

Cest à Louvois, ministre de la Guerre de Louis XIY, que revint linitiative de faire construire des maquettes aussi fidèles que possible des principales villes fortifiées du royaume afin de pallier le manque de détails des cartes. Ces plans reliefs reproduits au 1/600 furent réalisés à partir de 1668 (et jusquà la fin du XIXe siècle). Formidables outils de précision, ils répondaient à des impératifs stratégiques : permettre aux ingénieurs du roi détudier la portée ou les dégâts de lartillerie ennemie sur les bastions. Ils servaient aussi à perfectionner et simuler les techniques de siège utilisées lors des campagnes militaires. Exposés dans une aile du Louvre, les plans reliefs, ancêtres des cartes en 3D , étaient aussi pour le souverain un instrument de prestige indéniable : le Roi pouvait obtenir une vision globale de son pré carré . De plus, les visiteurs étrangers étaient parfois conviés à la visite de ces maquettes qui symbolisaient la puissance militaire du royaume. Après 1875, les progrès de la puissance de feu de lartillerie bouleversèrent les techniques de sièges (la guerre de 1870 démontra linefficacité des places fortes) et rendirent caduque la construction des plans reliefs. Tombées pendant plusieurs années en désuétude, ces réalisations classées monuments historiques constituent des témoignages précieux sur lurbanisation du passé. Elles sont exposées aujourdhui au musée des Invalides à Paris et au musée des Beaux-Arts de Lille.

 

b) Complétez, daprès ce texte, la fiche de synthèse ci-dessous.

 

1. Thème de larticle : _________________________________________________

2. Quest-ce quon peut considérer ancêtre des cartes en 3D ? _______________

3. Pourquoi ? ________________________________________________________

21. UNE QUESTION DECHELLE

 

On entend souvent parler dans les médias dopérations à grande échelle . Dans la plupart des cas, il est question dopérations militaires ou policières qui nécessitent dassez grands moyens en hommes et en matériel, dans le but de prendre le contrôle dun quartier, dune ville, dune région entière, voire de tout pays. Dans les journaux qui relatent de tels événements figure souvent une carte. Ce genre de document ne suscite guère lattention de la plupart de lecteurs. Pour les décideurs, en revanche, les cartes ont une grande importance.

Lorsquil sagit de mobiliser dimportants moyens pour porter assistance, après une catastrophe naturelle, à un grand nombre de personnes qui se trouvent sur des étendus relativement vastes, on parle également dopération de secours à grande échelle , comme dans le cas du récent tsunami sur les côtes de locéan Indien, où il fallait intervenir sur des milliers de kilomètres de littoral qui venaient dêtre ravagés par des vagues géantes. Pour représenter tous ces rivages où les opérations humanitaires devaient aller porter secours aux victimes, il a fallu examiner des cartes représentant tout océan Indien. Dans leurs marges se trouve une graduation qui indique les distances en milliers de kilomètres. Or ces représentations sont ce que les cartographes appellent des cartes à petite échelle ! Elles sont indispensables à la coordination dopérations de secours à grande échelle comme le soulignent les médias. Il y a donc une sorte de contradiction ou plutôt un malentendu entre lexpression à grande échelle et les termes à petite échelle utilisés par les spécialistes.

Le mot échelle (du latin scala, escalier) désigne tout dabord linstrument usuel. Cest par ressemblance que lon a appelé échelle la barre graduée figurant dans la marge de toutes les cartes ou de tous les plans. Selon le cas, elle est graduée en kilomètres, en dizaines de kilomètres, en centaines de kilomètres, en milliers de kilomètres, en dizaines de mètres ou en centaines de mètres sil sagit de plans darchitecte. Cette graduation indique le rapport entre une distance réelle telle quelle a été mesurée sur le terrain ou à la surface du globe et celle, beaucoup plus petite, par laquelle on la représente sur une carte (ou sur un plan). Il correspond à une fraction qui est indiquée en marge de la carte : ainsi 1/200 000 signifie quune distance dans la réalité est représentée sur la carte par une longueur 200 000 fois plus petite (un kilomètre correspond sur la carte à 2 centimètres). Dans la fraction, qui indique le rapport de réduction cartographique de la réalité spatiale, le numérateur correspondant à la réalité est toujours 1. Le dénominateur indique de combien la distance réelle a été divisée pour être représentée sur la carte. Si le rapport de réduction est de 1/1 000, de 1/100 ou même de 1/10, on ne parle pas de carte, mais de plan de ville, de plan darchitecte au un/millième, au un/centième ou au un/dixième.

Le choix de léchelle dune carte est une question de commodité, compte tenu de la taille de la feuille de papier quon utilise, de lespace que lon veut représenter et du degré de précision dont on a besoin.

Mais, dès lors quil est question dactions et de mouvements, ce qui importe nest pas léchelle de la carte et la taille de la feuille de papier, mais les dimensions réelles du territoire, des différents ensembles qui sy trouvent et le degré dinformation dont nous avons besoin.

EXERCICES.

 

1. Dites, si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses.

 

1. La carte au 1/200 000 est à plus petite échelle que celle au 1/20 000.

2. La vision très détaillée dun territoire, que permet une carte à petite échelle, est qualitativement différente de ce que lon peut voir sur une carte à grande échelle.

3. La carte étant une représentation réduite dun territoire, léchelle graphique sert à évaluer les distances.

4. Le choix de léchelle dune carte est une question de commodité, compte tenu de la taille de la feuille de papier quon utilise, de lespace que lon veut représenter et du degré de précision dont on a besoin.

 

2. Complétez le texte ci-dessous avec grande ou petite .

 

Lambiguïté dune notion. Venons-en aux expressions grande échelle et petite échelle : si le dénominateur est 200 000, la réalité est beaucoup plus réduite que si le dénominateur est 20 000. On dit donc, fort logiquement, que la carte au 1/200 000 est à plus ______ échelle que celle au 1/20 000, qui est à une bien plus ______ échelle. Plus léchelle dune carte est ______ et plus la superficie du territoire quelle représente est considérable ; plus léchelle dune carte est ______ et plus le territoire représenté est de moindre dimension. Mais la ______ échelle donne de la réalité spatiale une représentation beaucoup plus détaillée que la ______ échelle.

Lorsque, dans les médias, on parle dune opération à ______échelle , cela signifie quune opération est menée avec de grands moyens sur un vaste territoire. Mais si le territoire quil faut parcourir ou contrôler est très vaste, il fait avoir, pour y agir et sy orienter, une carte à ______ échelle et non une carte à ______ échelle !

 

3. a) Lisez le texte ci-dessous.

 

Le cadastre représente lextension des propriétés, des exploitations, des pâturages. Les plus anciens sont attribués aux Egyptiens, qui devaient rétablir les limites des champs après chaque crue du Nil. En Europe, les Romains lutilisent afin de distribuer des terres aux soldats-colons. Au Moyen Age, des seigneurs faisaient décrire leurs propriétés dans des registres terriers : ils enregistraient le nom des serfs ou hommes libres qui exploitaient chaque tenure, mais les plans associés étaient rares. Les plans-terriers ont été surtout levés en France à partir du XYIIe siècle, les techniques darpentage sétant répandues.

Après 1789, labolition des droits seigneuriaux multiplie le nombre des propriétaires fonciers. Aussi Napoléon décide-t-il le levé dun plan cadastral de toutes les communes. Son établissement prendra de longues années. La loi du 15 septembre 1807 dona naissance au cadastre parcellaire appelé communément napoléonien , composé détats de sections, de matrices de propriétés bâties et non bâties, et de plans. Cet instrument juridique est un outil fiscal qui permet dimposer équitablement les citoyens aux contributions foncières.

Cependant, sa mise à jour nétait pas prévue. Une révision des évaluations foncières et la rénovation générale des plans cadastraux furent prescrites par la loi du 16 avril 1930. Les plans napoléoniens ont donc été une référence pendant plus dun siècle. Ils sont tenus à jour par les centres départementaux des impôts (des copies sont consultables en mairie). Aujourdhui numérisé, le plan cadastral reste un outil de visualisation indispensable pour les services de lEtat et des collectivités territoriales.

 

b) Complétez, daprès ce texte, la fiche de synthèse ci-dessous.

 

1. Thème de larticle : _________________________________________________

2. Quest-ce que représente un cadastre? __________________________________

3. A qui sont attribués les cadastres les plus anciens? ________________________

4. Qui encore les utilisait après les Egyptiens? ______________________________

5. Qui décide le levé dun plan cadastral ? _________________________________

6. Le cadastre napoléonien , quest-ce que cest? _________________________

7. A quoi il est destiné? ________________________________________________

8. Est-ce quil est mis à jour actuellement? _________________________________

9. Est-il indispensable aujourdhui ? ______________________________________

 

4. Complétez avec les éléments manquants.

1. évaluation 4. méthodes perfectionnées 7. établissement

2. propriété 5. cadastre 8. descriptifs

– –

:

ii i ii

̲Ͳ ² ... ʲ ֲ ̲ ̲ Ҳ ...

, , , : LE LANGAGE GRAPHIQUE

:

, :

:

Bibliographie 87
INFORMATIQUE. 1. HISTOIRE DE LINFORMATIQUE. Au départ cantonnée aux domaines scientifiques, où elle perm

ORDINATEURS ET SYSTEMES INFORMATIQUES.
Lordinateur est une machine programmable servant au traitement de linformation codée sous forme numérique. Linformation (données, textes, graphiques, images, son numé

Homme 8. de suite
  Le robot est un appareil ______ capable de ______ des objets ou dexécuter une ou plusieurs opérations ______ selon un ______ fixe, modifiable ou adaptable. L

La distribution
  Le plus souvent, les objets vendus dans le commerce sont marqués dun code à barres. Ce système de marquage se présente sous la forme dune bande compos&

Larchitecture
  Certains secteurs de larchitecture et de la construction est lun de ceux où les applications de linformatique sont les plus spectaculaires et les plus intéressantes

Payer 8. barres blanches 12. savoir
  Lorsquon présente son chariot rempli devant la caisse dun supermarché et la caissière facture les achats, elle ne ______ pas seulement le prix à ______

A) Lisez et traduisez le texte ci-dessous.
Les ordinateurs daujourdhui permettent de répondre à des besoins extrêmement variés. Utilisés pour calculer, ils sont capables deffectuer des centaines de milli

A) Lisez et traduisez le texte ci-dessous.
Ces ordinateurs, gros ou petits, peuvent être reliés par téléphone entre eux ou à dautres ordinateurs plus puissants ou différents. On peut égalemen

Une calculette 5. chers 8. petits
2. en mémoire 6. le téléphone 9. capacités 3. lordinateur 7. le progrès 10. les pourcentages 4. linf

Des machines intelligentes
  Lintelligence artificielle désigne lune des branches de la recherche informatique qui vise à automatiser le raisonnement humain, autrement dit à rendre les ma

Pirates et virus
  Il existe deux sortes de pirates. Les uns sont de jeunes informaticiens chevronnés ; ils utilisent les réseaux de télécommunication pour dialoguer avec l

CODAGE INFORMATIQUE
  Le domaine de linformatique est celui du traitement automatique de linformation. Les circuits intégrés qui forment le cœur des ordinateurs sont des dispositifs

Donnez votre avis et justifiez-le.
    7. LARCHITECHTURE DUN MICRO-ORDINATEUR   Un micro-ordinateur est un ordinateur dont le fonctionnement est organisé a

AUTRES PERIPHERIQUES
Les disquettes sont des disques minces et souples fabriqués dans une matière magnétisable parcourue de pistes concentriques. Suivant leur orientation, les particules magn&eacut

MICRO-INFORMATIQUE ET TELECOMMUNICATIONS
  Il est aujourdhui devenu très simple de faire communiquer deux micro-ordinateurs éloignés en faisant transiter les informations par le réseau tél

Une librairie aux rayons infinis
  Avec 400 000 livres neufs dans son catalogue, Chapitre.com propose lensemble des livres neufs distribués en France. Grâce à un réseau de 115 librairies p

LOGICIELS
  Lensemble des programmes dont on dispose sur un ordinateur constitue le logiciel (software en américain). Il existe deux sortes de logiciels : les logiciels dapplica

Les informations 7. logiciels 11. des fonctions
4. le système dexploitation 8. conviviaux Entre______ de lordinateur et les circuits électroniques qui composent celui-ci et qui traitent ______ numé

LANGAGES DE PROGRAMMATION
La caractéristique principale des ordinateurs est leur capacité à mémoriser à la fois les données à traiter et le traitement que lon veut leur fair

INTERNET
  INTERNET (ou lINTERNET) est un immense réseau déchange de données informatiques, basé sur un principe simple : les ordinateurs du monde entier sont con

B. Navigateur e. Modem
c. Courrier électronique f. Lien hypertexte 1. ______ : lune des fonctions dInternet, permettant denvoyer et de recevoir des messages via une boite aux lettres &

LES BANQUES DE DONNEES
  Le mot banque de données est dun usage courant. La pratique a dabord été limitée car ce service sadressait aux spécialistes. Avec la banali

LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE INFORMATISEE (RDI)
  Linterrogation des banques de données a longtemps été du ressort des spécialistes. Les choses changent avec le Minitel, Internet et les céd&eacut

Les touches de fonction
Touches-fonction numérotées F1 à F10. Les indications de 1'écran y renvoient. A remarquer : la touche Fl est souvent une touche d'aide. Dans le cas du Minitel,

Quatre touches importantes
Appelée selon le cas Retour-chariot, Validation ou Envoi. Elle valide et transmet la demande qui vient d'être formulée. Dans le cas du Minitel, c

Par le navigateur dans la page
La page est structurée en cadres (3 ici) qui 1 Le titre de la page : sert à designer le permettent d'afficher simultanément 3 document quand on le cite

Qualitatives 6. outils logiciels
Un ______ _______ ______ permet de gérer des données alphanumériques spatialement localisées. Ses usages couvrent les activités géomatique

Historique
Depuis quelques années, nous assistons à la démocratisation de l'usage des informations géographiques (cartographie sur Internet, calcul d'itinéraires, utilisatio

TEXTES COMPLEMENTAIRES.
  Pourquoi une carte ? La carte, représentation conventionnelle dobjets ou de phénomènes localisables dans lespace, manuscrite ou impr

Le Moyen Age. Mesurer la Terre .
  Cest le géographe grec dAlexandrie, Ptolémée (90-168), qui fixe, dans son Guide géographique en huit livres et 27 cartes, limage du monde qui s

La cartographie en France.
  En France, la cartographie continue à sintéresser à ladministration et à la gestion des terres, comme lillustrent les plans domaniaux ecclésias

UNE ARTE TOPOGRAPHIQUE
  Dans son acception la plus large, la topographie est la technique qui a pour objet létablissement et lemploi des cartes : elle inclut alors lensemble des méthodes u

Létablissement du fond de carte.
  On procède au levé direct . Cette méthode, dans ses principes, est simple. Sur une feuille de papier (la minute de levé ) ont été rep

UNE CARTE EN MODE IMAGE (RASTER)
  Les nouvelles technologies numériques permettent désormais, grâce aux modes vecteur ou image, de concevoir et de réaliser des cartes variées, pr&ea

Automatiser 7. assembler 11. orthphotographies
3. nature humaine 8. précises 4. bases de données géographiques 9. travail de dessin Limage numérique est un

Parcelles 6. plans de valeur 9. graphique
Connaître létendue et la nature des biens de chacun, en faire l______, se révèle très vite nécessaire afin de repartir équitablement la contributio

Bibliographie
    M.Darrobers, N.Le Pottier, La recherche documentaire, NATHAN, 2001. La cartographie, TDC 896, 2005. Quest-ce que les technologies

?
Education Insider Sample
100% E-Mail